L’entretien du matériel : essentiel pour la santé des sapeurs-pompiers ! 

En exercice comme en intervention, le traitement du matériel technique revêt une importance capitale, car les fumées et feux dégagent des particules de combustion qui se transforment en particules de monoxyde de carbone et d’hydrocarbures qui se fixent sur les tenues des sapeurs-pompiers. Sans un traitement rigoureux post intervention, la santé de ceux-ci serait engagée.

Un laboratoire d’entretien et de traitement du matériel d’intervention est installé au centre de formation d’Amay. Ce sont 6 laborantins qui prennent en charge tout l’équipement pour l’assainir. 

Tout sapeur-pompier qui arrive en formation est en civil ou en tenue de casernement. « Le laboratoire lui fournit tout l’équipement (vêtements, gants en nitrile, bottes, masques FFP3 pour ne pas inhaler les particules en suspension, ARI (appareil respiratoire isolant)…  » explique Sébastien BAECKE, Formateur de l’Ecole du Feu de la Province de Liège.  

Un traitement rigoureux 

A l’issue des exercices, « l’équipement est déposé dans un conteneur réservé aux tenues usagées » explique Rachid DERRAR, sapeur-pompier et laborantin spécialisé dans le traitement des tenues et du matériel de feu. « Les sapeurs-pompiers passent ensuite à la douche, dans un vestiaire pur, et en repartent sains, sans transporter la moindre particule nocive pour eux et leurs familles »  ajoute-t-il. 

Les tenues sont alors nettoyées à la laverie provinciale installée dans le zoning industriel des Hauts-Sarts, où le personnel a suivi une formation spécifique pour ce traitement.  

Le reste du matériel (les couvre-faces, les ARI, les détendeurs, les bouteilles d’air …) est nettoyé à la main, en machine et séché intégralement. « Les ARI sont ensuite testés dans une machine spécifique, de même que les masques et les pulmo-commandes. Les ARI passent enfin en station de remplissage pour remettre leur capacité à 300 bars, étape indispensable pour tout départ en intervention » précise Rachid DERRAR. Chaque phase de l’entretien du matériel est enregistrée dans un programme spécifique pour assurer le suivi de ce traitement. « Sans notre rigueur, ils ne peuvent pas aller au feu » conclut Sébastien BAECKE. 

La sécurité des sapeurs-pompiers est donc indiscutablement un axe essentiel dans l’organisation de leur formation par l’Ecole du Feu de la Province de Liège. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reportages

Europe Direct et Erasmus+ se racontent au Palais provincial

Le 8 novembre dernier, l’Agence francophone pour l’éducation et la formation tout au long de la vie (AEF-Europe) et le centre Europe Direct de la Province de Liège ont accueilli une cinquantaine de professionnels de l’enseignement et de la formation au Palais provincial de Liège.  

Lire la suite...
Reportages

Des kilos de pommes à la récré

Le mois dernier, l’IPES Hesbaye participait à la journée « Croque Local », qui fait partie des 6 actions thématiques de la campagne GoodPlanet Challenges. Une vingtaine d’élèves a donc pressé des pommes cueillies dans un verger du coin pour en faire du jus et le distribuer à la récré.

Lire la suite...
Reportages

Un terrain d’entraînement aussi vrai que nature pour les sapeurs-pompiers 

Depuis sa création en 2014, le centre d’entraînement pratique de la Maison de la Formation à Amay n’a de cesse de s’améliorer pour proposer de nombreux modules de simulation d’interventions : dégagements de fumées, feux, déplacements à l’aveugle, véhicule à désincarcérer, utilisation de l’auto-pompe… 

Lire la suite...